Cuzco

Classé dans : Pérou | 0

Souvent décrite comme la plus belle ville du Pérou, la capitale des Incas et également capitale touristique du pays a laissé chez moi des sentiments mitigés…

La ville

Cela me paraît être le propre de toute ville touristique : le côté Disneyland, avec ses bons et mauvais côté.

Bon côté car la ville est bien mise en valeur. Les bâtiments coloniaux ont été rénovés, peints de belles couleurs, leurs façades en bon état, le mobilier urbain est original, et la ville est propre.

Balcon sur la place principale
Balcon sur la place principale, près de la cathédrale

Le revers de la médaille, ce sont les agences de voyage qui fleurissent et le harcèlement constant de leur rabatteurs, les prix plus chers qu’ailleurs et la piètre qualité de l’offre hôtelière. Ces défauts sont accentués par le fait que Cuzco est touristique pour 2 raisons : pour la ville elle-même et car c’est une passerelle pour tous les sites touristiques de la région dont évidemment le Machu Picchu.

Nous avons atterri, un peu par défaut, à Ecopackers, une auberge de jeunesse centrale et bien référencée. Nous avons été déçus par la qualité de l’offre proposée, alors même que le prix était plus élevé que dans le reste du Pérou : pas de cuisine ni d’endroit pour laver son linge accessibles aux voyageurs, parties communes moins propres, peu de personnel, etc.

Nous pensions être mal tombés mais on s’est rendu compte que peu de gens étaient satisfaits de leur hébergment. Le rapport qualité-prix semblait néanmoins un peu meilleur dans les endroits légèrement moins centraux, en particulier dans le quartier qui monte – dans les deux sens du terme – de San Blas.

Nous sommes rapidement passé dans ce petit quartier branché et perché sur la colline qui dispose de nombreux établissements – logements, restos, bars et même spas – d’apparence sympathique mais hors budget pour nous.

Quartier de San Blas

Au final, c’est une ville qui mérite largement la visite mais demande un minimum d’exploration pour ne pas tomber dans les pièges à touristes.

Sacsayhuamán

Aux portes de la ville, un peu en hauteur, ce site archéologique qui rassemble les ruines encore debout de l’ancienne capitale inca nous a beaucoup impressionné.

Moins connu que le Machu Picchu, ce site est pourtant d’une importance historique probablement bien plus importante. Cependant, 80% de l’ancienne citadelle ayant aujourd’hui disparue, et le site se trouvant aux portes d’une grande ville et non pas au milieu des montagnes, son attrait visuel et tourisitique est forcément moindre.

Nous n’avons pas pris de guide, donc il nous sera difficile de fournir des informations très intéressantes. Ce qui nous a le plus marqué est sans conteste la finesse du travail de la pierre des murailles. Marque de fabrique des incas, les blocs sont polis de manière à s’emboiter parfaitement et assemblés sans ciment. Bien que visible sur de nombreux sites, ceux de Sacsayhuamán nous ont paru les plus fins.

L’empilement inca

Une autre anecdote intéressante : la forme globale de la muraille vue de haut représenterait une tête de puma, un des animaux sacrés des incas, et ses dents sont donc constituées par une muraille en dents de scie, ce qui présente également un intérêt militaire.

Forteresse en forme de Puma
Forteresse en forme de Puma

Nous nous y sommes rendus à pied : il faut compter une quarantaine de minutes pour y monter (c’est assez raide) et une vingtaine pour redescendre.

Danse folklorique

Les divers sites archéologiques de la vallée sacrée nécessitent l’achat d’un billet touristique global qui donne accès à chacun d’entre eux.

Ce même billet permet également de visiter plusieurs musées à Cuzco, ce que nous n’avons pas fait, mais également d’assister à un spectacle de danse folklorique qui est joué quotidiennement.

Ayant une heure à perdre, nous avons tenté l’expérience. Cela se passe dans une salle de spectacle un peu vieillote. Pendant 1h, différents tableaux se succédent, présentant à chaque fois une danse traditionnelle et des costumes folkloriques d’une région bien spécifique. Les costumes sont colorés et jolis dans l’ensemble, les danses légèrement répétitives, et la musique manque d’intérêt. Le résultat est kitsch, clairement pas indispensable mais pas totalement dénué d’intérêt.

Pour les lecteurs qui seraient tentés, prévoyez d’y être environ 30mn avant le début de la représentation car le show affiche souvent complet.

On retiendra :
une ville charmante pleine de ressources qui vaut la peine de s’y arrêter quelques jours entre les différentes visites de sites incas
– de nombreux petits désagréments dûs au tourisme de masse qui ternissent un peu l’expérience
– les incomparables pierres imbriquées des murailles incas de Sacsayhuamán

Un fier lama
Un fier lama

Laissez un commentaire