A boire et à manger – Argentine

Classé dans : A boire et à manger, Argentine | 7

Après la Bolivie, l’Argentine nous offre un changement de régime complet. Fini les assiettes triple féculents avec un petit bout de viande. Place à la viande, la vraie : boeuf, saucisses, charcuterie ; place au vin, au pain, aux confiseries. Fortement inspirée de la cuisine européenne, notamment espagnole et italienne, la cuisine argentine a néanmoins su développer une identité propre, et un goût pour les bons produits  auquel nous français ne manquons pas d’être sensibles. La taille du pays et la diversité de climat et des modes de vie ont permis l’émergence de spécialités régionales

Empanadas et autres snacks

Difficile de ne pas commencer par là tellement c’est frappant : les empanadas, ces chaussons fourrés à la viande ou au fromage constituent l’incontournable de l’apéro, en particulier à Salta, mais reste populaire dans tout le pays. Pourtant répandus dans tous les pays que nous avons visité, ils sont ici aussi indispensables que les bouchons à la Réunion. S’ils sont généralement frits au Pérou et en Bolivie, on les trouve en Argentine plus souvent cuits al horno (au four), ce qui les rends plus sains mais aussi plus digestes. Il existe d’ailleurs des fours spéciaux au feu de bois comme des fours à pizza.

Four à empanada
Four à empanadas

Les garnitures les plus courantes sont viande et poulet. Fait marrant, le prix est quasi systématiquement affiché à la douzaine et non à l’unité, même au restaurant, alors qu’on peut très bien les commander à l’unité (12 pour 2, c’est beaucoup).

Les autres snacks populaires sont le choripan, sandwich à la saucisse, et le sandwich de milanesa, contenant une fine escalope panée de bœuf ou de poulet.

Choripan et sandwich milanesa
Choripan et sandwich milanesa

On trouve aussi des sandwichs au pain de mie, dont la particularités est d’être faits avec des tranches de pain géantes.

Ca c'est du pain !
Ca c’est du pain !

Boulangerie – Pâtisserie – Confiserie

Le vrai bonheur pour un français, vous le savez, c’est de trouver une bonne baguette… Et bien ici c’est possible. D’ailleurs les signes ne trompent pas : ils ont des boulangeries – pâtisseries, des vraies, pas des dépôts de pain. Bon, sans être chauvin il y a encore un écart avec ce son peut trouver chez nous, mais leur pain se défend honorablement. Quand je dis baguette, il s’agit plutôt de petits pains individuels de type baguette ou approchant.

Coté viennoiserie, ils ont un choix assez sympathique également. Leurs croissants ne sont pas géniaux, et il ne faut pas les confondre avec les medialunas, des petites viennoiseries briochées mais en forme de mini-croissants. La plupart de leurs pâtisseries contiennent du dulce de leche (confiture de lait), sorte de caramel crémeux à tartiner son trouve absolument partout en Argentine et au Chili (où il est appelé manjar).

Petit bonus le soir du réveillon
Petit bonus le soir du réveillon

À noter que le salé n’est pas en reste : les empanadas de trouvent souvent aussi en boulangerie. Ils ont également des petits snacks façons chouquettes mais salées, au fromage (mais sèches).

De façon plus inattendue, on trouve en Argentine de la confiserie artisanale qui se défend, en particulier le travail du chocolat. C’est LA grande spécialité de Bariloche, dans la région des lacs, où les confiseries sont grandes comme des supermarchés. On se doit de mentionner les alfarojes, biscuits que je mentionne dans l’article sur le Chili.

La viande

Comment évoquer l’Argentine dans parler de viande, et en particulier de bœuf. Je n’ai pas vraiment besoin de préciser qu’il est mondialement reconnu, souvent qualifié de meilleur boeuf au monde. Et pourtant… Habitué à l’excellente viande d’Afrique du Sud, qui est alors la meilleure que je n’ai jamais goûté, j’ai les papilles qui frétillent d’avance à l’idée d’en déguster une encore meilleure. Tout commence avec un steak acheté à Carrouf à Salta. Mouais bof… Mais loin de me décourager je me dis que bon on a pas pris la meilleure qualité. Pour l’anniversaire d’Aurélie, on se fait une parilla, un assortiment de viande grillée dans un resto de viande : c’est meilleur mais ça reste en-dessous du niveau d’excellence. Les villes de succèdent ensuite mais je ne trouve toujours pas l’émerveillement attendu. Je commence sérieusement à croire que c’est une légende. A plusieurs reprises, des personnes (locaux et étrangers), nous disent que la meilleure viande part à l’export et que le pays se retrouve dans le rôle du cordonnier mal chaussé. Sachant qu’on trouve en France de la viande importée d’Argentine, je fouille dans ma mémoire pour tenter de me souvenir si j’en ai réellement déjà mangée. Impossible d’en avoir la certitude, cependant j’ai l’impression que mes meilleurs steaks en France étaient d’origine française… La dernière tentative sera à Buenos Aires dans un restaurant de viande qu’on nous a recommandé dans le quartier San Telmo. Je commande un copieux bife de chorizo, une pièce de bœuf qui n’a rien à voir avec le chorizo.

Le verdict sera sans appel, bien que totalement subjectif : l’Afrique du Sud remporte le match !

En dehors du boeuf, l’autre viande populaire en Argentine est le porc, en particulier les saucisses, dont il existe une grande variété. La plus courante est le chorizo, sorte de chipolata épaisse à ne pas confondre avec le chorizo espagnol, qu’on trouve d’ailleurs aussi mais importé. Dans le même genre mais un peu plus parfumée, on trouve la longaniza, proche de celle utilisée dans le rougail saucisse réunionnais. Enfin, le morcilla est un boudin noir assez proche du notre.

On trouve de nombreux restaurants de viande, les parilladas qui servent des steaks ou même des assortiments de viande grillée dans certaines régions. Les barbecues sont également très populaires. Dans la région de Salta, les peñas sont des restaurants populaires et traditionnels où les clients viennent autant pour manger et boire que pour se réunir et chanter des airs folkloriques accompagnés de guitare. C’est assez prenant je dois dire.

Les pizzas

L’Argentine a connu une forte immigration européenne dans la deuxieme moitié du XIXe siecle, et notamment italienne. On en trouve de nombreuses traces dans l’Argentine d’aujourd’hui, l’une d’entre-elles étant l’abondance de pizzerias. A Buenos Aires en particulier, on en trouve à tous les coins de rue. La particularité de la pizza argentine est sa pâte très épaisse, mais aérée comme du pain. Elle ressemble à la pizza niçoise, sauf qu’elle est ronde et qu’elle est servie croustillante, légèrement toastée. Les garnitures sont classiques et souvent simples, généralement 1 ou 2 ingrédients seulement en sus de la tomate et du fromage. La pizza totalement unique et typique du pays est celle au jambon, aux cœurs de palmier (palmistes pour nous lecteurs réunionnais), arrosée de sauce cocktail, et parfois saupoudrée d’œuf dur émietté… Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est délicieux.

Pizza palmiste, sauce cocktail
Pizza palmiste, sauce cocktail

Le poisson et les fruits de mer

Moins populaires que la viande, certaines régions ont leurs spécialité de la mer. C’est le cas à Bariloche et dans la région des lacs où on pêche la truite. On a eu l’occasion d’en manger pour notre repas de réveillon de nouvel an. Je ne m’attendais à grand-chose mais j’ai été très agréablement surpris : elle est vraiment bonne. Par contre, elles sont petites.

De la truite
De la truite

La grande spécialité du bout du monde, donc d’Ushuaia, c’est la langouste. Nous voulions nous faire un petit plaisir mais comme j’avais le nez pris et ne sentais pas les goûts, on a renoncé.

L’alcool

Pour beaucoup, Argentine = vin. Pourtant, la boisson la plus populaire chez les jeunes pour faire la fête est le Fernet, une ancienne liqueur herbacée italienne tombée en désuétude sur le vieux continent. On le boit souvent allongé au coca. Trop sucré pour moi.

Soyons honnêtes, le vin a aussi une place d’honneur, et elle est méritée. Il est produit dans la région de Mendoza, de Cafayate et en Patagonie. Le plus réputé est le vin rouge, notamment le malbec, un cépage originaire de France, de la région de Cahors. Les autres cépages sont le cabernet sauvignon, le syrah et le merlot. A Cafayate on fait les meilleurs blancs avec du torrontès, un cépage d’origine espagnole désormais disparu en Europe.

IMG_4144

Les autres boissons

Plus qu’une boisson, le mate est un art de vivre. Parfois appelé mate de yierba, c’est une infusion d’herbe assez amère, consommée tout le temps par tout le monde. C’est un vrai rituel : on verse l’herbe directement dans une tasse, en vrac, puis on met de l’eau chaude. OK bout ensuite avec une sorte de paille en métal dont une extrémité est seulement percée de petits trous dans lesquels les feuilles ne passent pas. L’herbe peut être infusée plusieurs fois. Dans la pratique, de nombreux argentins se déplacent systématiquement avec leur tasse, leur paille, un sachet de maté et un grand thermos rempli d’au chaude. Ça peut être en voiture, dans le bus, en balade, dans la rue… C’est aussi un moment social car généralement le maté se partage. Ce n’est pas exclusivement argentin : on en trouve beaucoup au Chili, en Uruguay et même dans régions frontalières brésiliennes.

Les plus âgés d’entre vous connaissent peut-être l’époque où on gazéifiait soi-même son eau à l’aide d’un siphon, une bouteille spéciale contenant un dispositif utilisant une capsule de gaz interchangeable. Il semble que ça fait un bail qu’on utilise plus ça en France. Cependant, en Argentine, c’est encore courant, on en voit beaucoup dans les restaurants. Les plus anciens siphons sont devenus des objets de collection que l’on peut acheter au marché d’antiquités de San Telmo à Buenos Aires. Si moi-même je connais le système malgré mon jeune a âge c’est justement que ma mère a un siphon ancien comme objet de déco.

Je terminerai en évoquant notre coup de cœur pour une boisson industrielle, l’Aquarius. C’est simplement une boisson non gazeuse contenant eau, jus de fruit et sucre. C’est tout bête mais après tous les mauvais jus qu’on avait pu boire, on était aux anges. Notre parfum préféré est pomélo. Ça a beaucoup de succès et il existe plusieurs autres marques concurrentes.

wpid-img_20150109_190029415_hdr.jpg

7 Responses

  1. Stéphanie st denis

    Tu prends une pizza palmiste sauce cocktail et tu as de quoi manger pour la semaine!!!!

  2. c’est un article qui ouvre l’appétit!!!!
    Merci encore de nous faire partager ces moments 🙂 bisous les savateurs

  3. Quelle erreur j’ai fait de lire votre article ce soir !!! On est dimanche, et le dimanche soir, il n’y a rien à manger. Et la vous m’avez mis la dalle….. Ça à l’air délicieux. Miam miam. Snif snif. Oté zot va fé pèt zot jabo !!

    • Merci d’enrichir le vocabulaire des expressions creoles de Jeremie je ne lui avais pas encore sorti celle la !!!

Laissez un commentaire