El Parque Nacional Los Glaciares

Classé dans : Argentine | 8

Un an avant le début de notre aventure, nous avions collé au mur du salon, une grande carte de l’Amérique du Sud sur laquelle nous avions dessiné des itinéraires possibles. Comme vous pouvez l’imaginer, on a beaucoup effacé et re-dessiné au fur et à mesure des nouvelles informations. Sur cette carte, il y avait aussi des cercles qui entouraient les sites qu’on voulait absolument faire même si on ne savait pas trop à quoi s’attendre car on s’était interdit de regarder des photos… Souvent je contemplais cette carte et je me rappelle précisément de deux petits cercles rapprochés en Patagonie, un en Argentine et un autre au Chili. Laissez-moi vous faire voyager dans ces deux petits cercles dans l’immensité du parc des glaciers.

El Chaltén

Ce petit village vit exclusivement du tourisme mais ne vous y méprenez pas, il est fort agréable d’y séjourner. Cela est certainement dû au fait qu’ici les touristes sont exclusivement des  randonneurs et amoureux de la nature comme nous !

Car si le nom d’El Chaltén ne vous évoque rien, vous avez cependant peut être entendu parler du Fitz Roy. Ce sommet, qui domine les environs, est le rêve de beaucoup de passionnés car sa forme et sa situation unique ne laissent personne indifférent. Sa popularité est aussi due au fait qu’on croyait impossible son ascension jusqu’en 1952 où une expédition de 8 français accomplirent la prouesse. En effet, sa texture en granite rend très difficile l’escalade nécessaire pour atteindre son sommet. Mais avant d’aller rendre visite à ce prestigieux monsieur, nous tentons notre chance auprès de son voisin le mont Torre.

IMG_4982 (Copier)

Arrivés à 7h du matin après une nuit dans le bus, on décide de s’attaquer, malgré la fatigue, à une randonnée à la journée. Après une ascension assez raide, le premier point de vue nous laisse bouche bée. Au premier plan, une plaine verdoyante conduit à un massif montagneux impressionnant. A gauche, le Glaciar Grande enneigé ressemble à un chemin vers le Paradis. Le Cerro Torre est quant à lui caché par les nuages mais la « coulée » de neige à son pied est incroyable. Enfin, tout à droite, on aperçoit le Fitz Roy totalement dégagé.

La randonnée étant encore longue, nous devons cesser d’être en admiration pour regagner le sentier. On traverse alors une forêt enchantée qui nous a inspiré la petite vidéo que vous pouvez regarder en cliquant ici.

Après une bonne heure de marche, nous sommes maintenant au pied du massif et au détour d’un virage un lac apparaît soudain.

Il a la particularité d’être rempli de « petits glaçons »…. On est comme des enfants devant ce spectacle de la nature.

IMG_4932 (Copier)Cependant les rafales de vent sont tellement puissantes qu’il faudra se cacher derrière un rocher pour avaler notre casse-croûte. Jérémie décide de pousser jusqu’au point le plus haut pendant que je profite de la vue dans un coin isolé.

IMG_4949 (Copier)Ce n’est pas évident de décrire ce qu’on peut ressentir devant un tel spectacle. On se sent d’abord tout petit et fasciné avant d’être envahie par sentiment de reconnaissance. Un oiseau peu commun perturbe la tranquillité des lieux pour le plus grand plaisir des amateurs de photographie. Il est déjà temps de faire le chemin en sens inverse et d’apprécier le paysage typique qu’offre la Patagonie.

IMG_4848 (Copier)

Le lendemain on hésite entre repos et une autre rando. Le beau temps au réveil nous fera vite décoller. Au programme une nouvelle session d’auto-stop pour rejoindre le début d’un sentier situé à 17 kilomètres du village. C’est un couple d’argentins de Buenos Aires qui nous ramasseront. Fort sympathiques, ils nous poseront plein de questions sur nos villes natales, notre parcours en Amérique du Sud, partageront leurs photos de vacances avec nous et nous donnerons quelques conseils pour notre séjour à Buenos Aires ! Les trois derniers kilomètres en voiture sont un vrai régal pour les yeux car les sommets enneigés se succèdent tout aussi grandioses les uns que les autres. La première partie de cette rando se fait en forêt et quand on sort du sous-bois on découvre le glacier de Piedras Blancas.

IMG_4991 (Copier)

Encore quelques kilomètres et nous atteignons le camp Poincenot qui tient son nom du français mort lors de l’expedition de 1952. Nous avons décidé de ne pas camper, donc de ne pas porter des gros sacs, car une randonnée de 6 jours nous attend la semaine prochaine et on essaye de garder nos forces. Commence ensuite l’ascension qui nous mènera au pied du mont Fitz Roy. Comme vous pouvez apercevoir sur les photos ce n’était pas de tout repos mais le cadre est magnifique.

Nous n’aurons malheureusement pas la chance d’apercevoir entièrement le Fitz Roy de ce côté-ci mais la vue à 360 degrés et le lac valaient bien le détour ! On décide de manger ici notre pique-nique et nous aurons la chance d’apercevoir un renard pendant quelques minutes.

Le temps ne s’améliorant pas on décide de rentrer au village. La descente s’avère aussi costaude que la montée. On empruntera ensuite un chemin différent de l’aller qui offre beaucoup de points de vue sur les sommets et a l’avantage de se terminer à deux pas de notre auberge. Sur le chemin du retour la diversité du paysage est frappante !

El Chaltén mérite bien son surnom de la capitale de la randonnée argentine et peut être reviendrons-nous un jour explorer les autres sentiers.

Encore une petite nuit chez dans notre auberge tenue par un allemand anarchiste (selon ses dires) avant de rejoindre une autre ville d’Argentine, el Calafate, le lendemain matin.

El Calafate

Cette ville n’est ni charmante ni déplaisante, elle est juste le point d’arrêt obligatoire pour se rendre au Perito Moreno le plus célèbre des glaciers de la Patagonie. Notre visite étant prévue pour le lendemain, on en profite pour cuisiner une bonne partie de l’après-midi et ce soir-là nous passerons une superbe soirée en compagnie de la sœur d’un ami et de son copain qui faisaient le même trajet que nous pendant une semaine. Une fois de plus, le monde est tout petit !

wpid-img_20150110_211823156.jpg

Un réveil un peu tardif nous fera courir pour ne pas rater notre bus. La visite du glacier le plus célèbre du sous-continent est une machine bien huilée qui revient cher aux touristes, mais allez-y quand même ! C’est sous une pluie fine que nous découvrons le tant attendu glacier appelé Perito Moreno. Vous me direz « encore un glacier ? » Oui mais celui-ci est différent par bien des aspects. Ce phénomène possède un front de 5 kilomètres de large et une longueur de 30 kilomètres ! Mais sa particularité est d’être « installé » sur le lac qu’il domine largement car il mesure 60 mètres de haut ! Vous n’êtes pas encore convaincus que ça vaut le détour… Ceci n’est que « la partie immergée de l’iceberg » si je peux me permettre le jeu de mot ! En effet, en dessous de la surface ce glacier s’enfonce jusqu’à 750 mètres de profondeur ! Pour finir sur sa description sachez qu’il avance d’environ deux mètres par jour soit 700 mètres par an !

Il a de quoi impressionner et on peut s’extasier pendant des heures. Cependant j’ai oublié la carte mémoire de l’appareil dans l’ordinateur de l’auberge. Thomas, notre ami blogueur rencontré à la Paz, nous a permis d’utiliser ces photos prises à quelques semaines d’intervalles. Un grand merci à lui, et surtout n’hésitez pas à consulter son blog car il a plein d’articles intéressant ici. Des petits chemins aménagés permettent de le contempler sous plein d’angles différents ; chacun y trouvera son compte ! Une fois les sentiers parcourus, le jeu consiste à trouver un coin au calme pour attendre de voir des blocs de glaces se détacher du massif principal. Le bruit qui s’en dégage est très impressionnant et se rapproche un peu de celui d’un gros orage. On distingue bien les endroits ou les récents éboulis ont eu lieu. Une pause s’impose dans la cafétéria de l’entrée pour dégeler nos pieds et nos mains à cause du vent qui rend la pluie glacée. J’ai rarement eu aussi froid dans ma vie ! On retourne admirer le spectacle avec pour fond musical « Don’t cry for me Argentina » dans mes oreilles. Je suis sans voix et ne retiens pas mes larmes devant un tel spectacle, c’est impossible.

Cet endroit est à voir au moins une fois dans sa vie et pour la première fois de ce voyage, je me dis que je voudrais revenir à ce même endroit un jour. Qui sait, peut-être avec l’un d’entre vous ! Il est déjà temps de reprendre le bus du retour car ce soir nous devons passer la frontière pour une dernière escale au Chili, probablement la plus belle !

wpid-img_20150111_112125525.jpg
On a pas froid du tout

On retiendra :

  • une région totalement incontournable pour ses paysages de fin du monde, ses randonnées entre forêts et glaciers
  • de prévoir plus de temps à El Chaltén si vous voulez être sûrs d’apercevoir les sommets, car le temps est très capricieux
  • de s’habiller chaudement même en été pour visiter le glacier Perito Moreno

8 Responses

  1. J’ai pas encore lu l’article, mais les photos du glacier sont MA-GNI-FI-QUES !!! :p

    • je ne te le fais pas dire…tu devrais consulter le blog de la personne qui les as prises… ha mais attend, c’est TOI !

  2. Magnifique Jack sparo au Brésil !! Éclatez vous bien les Loulous ! Et faites attention a vous ! Kiss Kiss

  3. Je vois qu’on a eu les mêmes sensations en visitant à El Chaltén ! Vous avez vu mes photos de la Laguna Torre au petit matin et sous le soleil ? C’était fou !! Dommage que vous n’ayez pas eu une aussi belle météo que moi 🙁
    Ah et mention particulière pour la carte d’Amérique du Sud au mur avant le départ, avec les itinéraires et les trucs à voir 😉 Aujourd’hui c’est ma maman qui l’a récupérée et suit mon parcours lol

    PS : il manque le lien de la vidéo

    • eh oui on ne peut pas avoir du beau temps partout certainement la raison pour laquelle on a préféré le W trek… tes photos au petit matin sont magnifiques j’imagine l’émotion ressentie! J’ai demandé a mes parents de faire de meme mais la carte est toujours bien emballe dans nos malles de déménagement !

  4. Lé trop bel le zafair, c’est juste magique ces paysages
    Je m’y vois déjà …. lol

    • j’ai beaucoup pensé a toi, j’ai dit a Jeremie c’est le premier endroit ou je veux revenir pour montrer cela a des gens que j’aime

Laissez un commentaire