Salar d’Uyuni & Sud-Lipez

Classé dans : Bolivie | 8

Préparation

Le « tour du salar » comme on l’appelle communément, est l’un des temps fort de tout périple en Bolivie. J’attendais ce moment depuis si longtemps car soyons honnête, sur un voyage de six mois on ne peut pas être émerveillés par tout ! Notamment après avoir découvert l’Afrique australe pendant 4 ans on devient un touriste un peu plus difficile à surprendre. Je m’imaginais donc le salar et sa région comme un lieu unique et le spectacle a été au rendez-vous.

La popularité de ce site a inévitablement contribué au développement d’agences peu scrupuleuses et nous avions lu des choses assez horribles sur internet : chauffeurs bourrés, pas le temps de faire des photos, etc. C’est donc avec précaution que nous avons formé un groupe de 4 (Mathieu et Éléonore sont toujours avec nous !) et choisi de partir de la ville de Tupiza, l’alternative au départ plus commun de la ville d’Uyuni très touristique. Nous sommes partis avec l’agence/hôtel Valle Hermoso et nous n’avons pas été déçus. Au final on a compris que ce qui fait la différence c’est le chauffeur (et son véhicule) qu’on a demandé à rencontrer avant de signer avec cette agence.

 

Jour 1: La route incroyable entre Tupiza et Uyuni

Après un petit déjeuner à l’auberge, on rencontre Nico le guide-chauffeur et Dolores la cuisinière qui nous attendaient de pied ferme car la route est longue aujourd’hui. Mais plus que la durée, se sont les panoramas incroyables que nous retiendrons. A peine sortis de la ville de Tupiza, que l’on commence à voir la Quebrada Palala (quebrada = chaîne montagneuse dans une vallée). Le premier arrêt photo devant l’impressionnant Silar confortera notre choix d’avoir pris le tour depuis Tupiza. Ici le vent a tellement érodé les montagnes qu’on dirait un « champ d’orgues » ! Le lieu est très bien préservé car inaccessible et il y a très peu de passage sur la route que nous empruntons pour l’admirer.

El Sillar
El Sillar

Nous aurons droit à un déjeuner sur un parking où Dolores nous a préparé du riz avec de la viande haché ainsi que des bananes savoureuses. On mange en général très bien et en très grande quantité dans les tours, ça nous change et ça nous requinque ! On reprend ensuite la route sinueuse avec des paysages toujours aussi époustouflants. Nico nous propose de mettre notre propre musique et nous écouterons donc Trio pendant deux bonnes heures. La première chanson commence à peine que 5 magnifiques condors volent à notre hauteur avant de disparaître dans le vide. Nous avons attendu longtemps avant de voir des condors mais on a été gâtés par ce moment magique. Nous attaquons alors la descente pour traverser le paysage incroyable de Las Dunas de Arenas. 

Dunas Arenas
Las dunas de arenas

Deux heures plus tard on commence à avoir des illusions d’optique sur le paysage au loin, preuve que nous sommes sûrement très proche du désert de sel. Nous faisons un petit détour pour voir un cimetière de trains qui sera un terrain de jeu pour les garçons qui ont retrouvé leurs âmes d’enfants.

Nous arrivons à Uyuni à 16 heures et préférons nous reposer car la ville ne présente aucun intérêt. Le thé-goûter nous sera servi à 18h, le repas à19h30 et on sera couché à 21h car demain on se réveille aux aurores.

 

Jour 2 : Le salar, la isla Inkawasi et l’hôtel de sel

4h00 le réveil sonne mais pour la bonne cause. Je suis excitée comme une puce et impatiente de découvrir ce désert si particulier. J’avais personnellement demandé à l’agence que nous soyons au lever et au coucher du soleil dans le salar pour profiter des couleurs incroyables au maximum. Alors certes il faisait bien froid mais c’est une délicieuse sensation que d’attendre les premiers rayons du soleil révéler ces « hexagones » de sel à l’infini.

Le Salar d’Uyuni contient majoritairement des sels de sodium, potassium, lithium et magnésium. Néanmoins, le Salar d’Uyuni a la particularité d’avoir une grande proportion de lithium, ce qui en fait la plus grande réserve connue de ce métal sur la planète. L’exploitation de celui-ci ne devrait pas priver les générations à venir de ce beau spectacle à en croire notre guide.

IMG_3787
Cet ancien lac, d’apparence sèche, doit son existence aux montagnes alentour qui empêchent son évacuation. Seule la vapeur d’eau peut s’échapper créant ainsi la plus grande réserve de sel au monde évaluée à 64 milliards de tonnes !
Pour information, le salar couvre 10 582 km carrés, culmine à 3656 mètres d’altitude et à certains endroits il est profond de 40 mètres.

Après avoir aperçu des salines à l’entrée du désert, on commence alors le jeu des photos illusions. Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, le salar d´Uyuni est connu pour les photos qu’on peut y prendre car le sel à l’infini crée une illusion d’optique incroyable. Cliquez ici pour plus d’exemples. Nous prenons le petit déjeuner afin de nous réchauffer un peu devant le premier hôtel de sel qui a été marqué par le passage du Dakar (oui la course !) en Bolivie pour la première fois cette année.

Nous partirons ensuite dans un lieu où l’on se s’en vraiment entouré du désert pour prendre encore plus de photos. Il est temps de découvrir les cristaux de sel. En effet sec en apparence, le salar n’est en fait recouvert que d’une couche solide de sel. La piste sur laquelle nous roulons depuis ce matin se trouve en fait sur une grande quantité d’eau que l’on peut apercevoir grâce à des nids de poule « version salar ». C’est quand même totalement fou. Nico ira à la recherche de cristaux dans ces trous et je garde toujours le mien dans mon sac précieusement.

L’arrêt suivant m’intrigue car apparemment on va sur une île au milieu d’un désert de sel… J’en connais un rayon sur les îles et il me parait invraisemblable qu’il y en ait une ici ! L’explication est pourtant simple. Nous visitons le désert de sel juste avant la saison des pluies. Cependant, d’ici quelques semaines il ne sera plus possible de circuler dans cette zone car le salar sera totalement inondé et le bout de terre appelé Inkawasi sera alors entouré d’eau. Il ne sera alors possible de s’y rendre qu’en barque. Il paraît que c’est un très beau spectacle car le salar se transforme en le plus grand miroir du monde !
Cette île me fascinera et m’émerveillera par ses paysages uniques et son emplacement idéal. Une petite marche nous mène au sommet où nous avons une vue imprenable: au premier plan le champ de cactus dont certains sont déjà en fleur ;  au deuxième plan le désert de sel à l’infini avec une vue à 360 degrés ;  enfin en arrière plan au loin, des montagnes et des volcans aux couleurs irréelles.
Je suis tombée amoureuse de cet endroit et pas seulement parce que ça s’appelle une île. On redescend par un autre petit chemin où l’on apercevra un tournage de film (avec un cheval qui court dans le désert de sel) et une sorte de petite grotte.

On prend le temps de jouer à cache-cache derrières les cactus et de prendre d’ultimes photos.

IMG_3732
Cache-cache dans les cactus

Il fait déjà bien chaud et nous nous dirigeons maintenant vers notre auberge pour prendre le déjeuner. La particularité de notre hébergement du jour est qu’il est fabriqué en sel. Les murs, les tables, le lit, etc.  Comment est-ce possible vous demandez-vous? Sachez que les ouvriers qui exploitent les salines à des endroits précis du salar peuvent tailler des briques de sel et que cela coûte environ 10 bolivianos la brique.

On passera l’après-midi à jouer aux cartes avec Mathieu et Éléonore pour faire passer le temps. C’est déjà l’heure du thé selon Dolores ! Nico vient nous chercher juste après pour aller voir le coucher de soleil. Les garçons s’amusent dans les flaques d’eau salées et à jouer avec leurs ombres pour s’occuper. Le vent et les nuages rendront ce spectacle unique.

Ce soir nous aurons droit à des lasagnes au four et à du vin rouge local, avouez que c’est inouï vu l’emplacement de notre auberge. Merci Dolorès !

 

Jour 3 : Les lagunes, les flamands et les montagnes

Petit déjeuner servi aux aurores avec un gâteau en forme de coeur ! On est vraiment gâtés par notre « maman » du séjour.

IMG_3806
Nous passons tout près de la frontière chilienne avant de dévier vers l’est pour nous arrêter à un premier mirador. Nous apercevons au premier plan des formations rocheuses étranges et au second plan un volcan en semi-activité.

Nous empruntons alors une route très chaotique et nos places à l’arrière du 4X4 n’arrangent rien mais le spectacle au bout en vaut vraiment la peine. Vont se succéder des lagunes de toutes les couleurs parsemées de flamands roses majestueux le tout posé sur un décor où montagnes et volcans rivalisent de couleurs. Ce tour est vraiment l’un des plus beaux moments de notre voyage jusqu’à présent.

Le déjeuner aura lieu devant une de ces lagunes où nous sera servi sous un vent impitoyable un carri poulet avec une sorte de riz cantonnais ! A cet endroit on peut avoir du wifi pour 20 bolivianos les 15 minutes… On s’abstiendra !
Pendant l’après-midi nous traverserons un désert de sable, admirerons la montagne aux 7 couleurs, grimperons sur des pierres avant de finir en beauté devant la  Laguna Colorada.

Nous aurons bien froid ce soir là malgré les couvertures et notre sac de couchage car le vent semble ne jamais tomber dans cette région et il n’y aura pas de vin au repas de ce soir pour nous rechauffer !

 

Jour 4 : Les geysers, les termes et les volcans

Avez vous déjà vu des geysers à 6h du matin ? C’est très impressionnant non seulement visuellement mais aussi à cause du bruit assourdissant et de l’odeur que cela dégage à cause de la contenance en souffre. La région est remplie de volcans qui bouillonnent sous terre. A cet endroit le terrain étant un peu plus fragile qu’ailleurs nous pouvons admirer le spectacle des fumerolles. Malheureusement le vent, l’odeur et la fraîcheur matinale nous feront vite regagner la voiture. Court mais intense.

IMG_3913
Le programme étant bien fait, à peine une demi-heure plus tard nous nous retrouvons dans des thermes brûlants. Cependant il fait tellement froid dehors que même notre guide se laisse tenter ! Un énorme troupeau de lamas traverse à ce moment-là… Que demander de plus ?

Nous ferons une dernière escale devant la lagune dite « verte » car le cuivre lui donne cette couleur. Cette lagune est aussi renommée car elle se trouve au pied du volcan Licancabur qui a la particularité d’être à cheval entre la Bolivie et le Chili.

La laguna verde
La laguna verde

Nous filons maintenant à vive allure vers le poste de frontière des images plein la tête. Là-bas un bus nous attend pour nous emmener jusqu’à San Pedro d’Atacama où de nouvelles aventures et des retrouvailles nous attendent…

IMG_3876

On retiendra :
du sel du sel et encore du sel. Il existe d’autres salars dans les pays frontaliers à la Bolivie mais celui d’Uyuni reste de loin le plus impressionnant
la variété des paysages pendnat 4 jours de suite. Prévoyez plusieurs batteries pour l’appareil photo mais sachez que les plus belles images seront dans votre esprit
l’importance d’avoir un guide sérieux aimable et flexible pour profiter à fond de ce coin de paradis. L’état du véhicule joue beaucoup pour le confort et éviter les pannes au milieu de nulle part !

Mais qu'est ce qu'ils font ????
Mais qu’est-ce-qu’ils font ???

8 Responses

  1. Annabelle

    C’est juste merveilleux , j’en rêve , je veux faire le même circuit <3

  2. Ouaaahhhh c’est magnifique mon ti requin les photos sont très bien prises dis donc !!! J’adore ça fait rêver !!!!

  3. Ralala ! que de bon souvenir ….
    J espère vous revoir très vite ! Des bisous

  4. …et heu sinon vous n avez pas un peu de retard ?

    • Jérémie

      C’est pas toi qui nous contredira sur la mauvaise qualité des connexions en Patagonie…

      Et puis on voyage pas tous avec son ordi 😉

  5. […] traversée de la frontière boliviano-chilienne à l’issue de notre tour de 4 jours dans le sud bolivien. Notre guide nous dépose au poste frontière côté bolivien, perdu au milieu d’un paysage […]

  6. Beautiful place and amazing shots! Enjoy it guys! And come over to Australia to share all the stories you’re experiencing.

    • I promise we will one day, such a big dream for us! I am sure you will come to Reunion island first!

Laissez un commentaire